La médecine du travail, à quoi ça sert ?

En période de crise sanitaire, la médecine du travail n’a jamais été autant importante. Quel est son rôle pendant la crise et en temps normal ?

CCE-COMPTABILITE-CONSEIL-AUX-ENTREPRISES-INDEX-EGALITE-PROFESSIONNELLE-CALCUL-DECLARATION

La médecine du travail en temps de crise sanitaire

 

Tout comme le médecin généraliste le médecin du travail peut être appelé en cas de situation à risque de forme grave du COVID-19. Elle intervient dans les entreprises afin de préserver la santé des salariés et d’assurer la sécurité sur le lieu de travail.

Si un salarié présente les symptômes du COVID-19, il est libre de contacter et de consulter le médecin du travail. Le médecin agréé pourra ainsi orienter l’entreprise dans les mesures de prévention à adopter.

 

De plus, jusqu’au 30 septembre 2021 le médecin du travail peut assurer les missions suivants : 

 

  • prescrire ou renouveler un arrêt de travail en cas d’infection ou de suspicion d’infection d’un salarié à la COVID-19
  • établir un certificat d’isolement pour les salariés vulnérables susceptibles de développer une forme grave d’infection à la COVID-19 en vue de leur placement en activité partielle
  • effectuer des tests de dépistage de COVID-19.

Et pour finir, les médecins et infirmiers du travail peuvent vacciner les salariés volontaires sans occasionner de frais supplémentaires pour l’employeur.

 Le rôle de la médecine du travail

 

Le médecin du travail a principalement des missions axées sur la prévention. Son rôle est d’analyser les situations et les facteurs à risques pour les salariés pour garantir la santé et la sécurité du travailleur en fonction des profils (âge, emploi, localisation, situation familiale, etc). Il intervient auprès des employés et des employeurs.

Le personnel de la médecine du travail doit rencontrer périodiquement les employés en fonction de leur emploi respectif. Une visite doit s’effectuer au minimum tous les 5 ans.

Vis-à-vis des employeurs, le médecin du travail a un rôle de conseiller. Il intervient auprès des structures afin d’améliorer les conditions de travail des travailleurs et diminuer les risques d’accident. Chaque année, il doit effectuer un rapport au comité d’entreprise.

CCE-COMPTABILITE-CONSEIL-AUX-ENTREPRISES-INDEX-EGALITE-PROFESSIONNELLE

Les visites médicales

 

La visite médicale à l’embauche

Tout au long du parcours professionnel du salarié, les médecins du travail doivent rencontrer le salarié afin de s’assurer du bon environnement de travail.

Lors de l’embauche, le médecin du travail doit impérativement effectuer une visite d’information et de prévention dans les 3 mois suivant la date d’embauche (sauf si elle a déjà été effectuée au cours des 5 années précédentes).

Le but de cette visite est de discuter de l’état de santé du salarié, l’informer des risques, des moyens de prévention et de ses droits. A la suite de la visite, le médecin déclare le salarié apte ou non à son travail. Si cela lui semble nécessaire, il peut proposer des mesures de transformation de poste ou de mutation de poste à l’employeur.

 

La visite de reprise

A la suite d’un arrêt maladie ou de congé maternité, le salarié doit obligatoirement effectuer une visite de reprise. Cette visite doit avoir lieu dans les 8 jours suivant le retour du salarié.

Le but de cette intervention est de s’assurer que le poste est compatible avec l’état physique et la santé du salarié. Si cela semble pertinent, le rendez-vous peut déboucher sur des aménagements, voire un reclassement à un autre poste.

Les visites médicales ont lieu sur le temps de travail et n’encourent aucune retenue de salaire. De plus, les frais de transport sont à la charge de l’employeur.

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Share This